slide-page-768-d42b10

Espace muséographique Victor Schœlcher, son œuvre à Fessenheim (Haut-Rhin)

« La République n’entend plus faire de distinction dans la famille humaine.
Elle n’exclut personne de son immortelle devise :
Liberté - Egalité – Fraternité. »

Extrait du rapport Schœlcher – Paris 1848

Musée Victor Schoelcher

 

Le musée Victor Schœlcher, son œuvre est dédié à l’auteur du décret du 27 avril 1848, proclamant l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises.

Humaniste, partisan de l’abolition de la peine de mort, défenseur de la cause des femmes et des droits de l’enfant, Victor Schœlcher repose au Panthéon de Paris depuis 1949.

Berceau de la famille Schœlcher, Fessenheim est jumelée depuis 1980 avec la ville martiniquaise de Schœlcher appelée Case-Navire jusqu'en 1889, date à laquelle elle fut renommée en hommage à Victor Schœlcher.


Le nouvel espace Victor-Schoelcher

« Victor Schoelcher »
2017 – 27min - Podcast France Inter – Emission radio
« Victor Schoelcher, ses combats, ses écrits dans un environnement esclavagiste. Comment un homme est devenu une figure emblématique de l’abolition de l’esclavage. »


« Victor Schoelcher, le portrait d’un abolitionniste »
2012 – 2 minutes 53 - FranceTv Education (Antoine LASSAIGNE) – Elément biographique
« Cet extrait dresse le portrait de Victor Schoelcher, engagé dans le combat pour l’abolition de l’esclavage. Sa lutte commence en 1829 après un voyage d’affaires au Mexique, à Cuba et en Louisiane duquel il revient abolitionniste. Révolté par ce qu’il a vu, il publie de nombreux ouvrages sur les sociétés coloniales des Caraïbes. Durant toute sa vie, il va se battre pour arrêter cette institution inhumaine. »
http://education.francetv.fr/matiere/epoque-contemporaine/premiere/video/victor-schoelcher-portrait-d-un-aboliti onniste

« Bicentenaire Victor Schoelcher qui a fait abolir définitivement l’esclavage en 1848 »
2004 -2min -INA – Reportage télévisé
« L'esclavage, supprimé une première fois en 1794 sous la Révolution, est définitivement aboli le 27 avril 1848, à l'initiative de Victor SCHOELCHER, dont le bicentenaire de la naissance est célébré en 2004. A la veille du décret, la France compte 250 000 esclaves, dont près de 90 000 en Guadeloupe, 75 000 en Martinique, 60 000 à La Réunion et 12 000 en Guyane, fournissant une main d'œuvre nombreuse et peu onéreuse aux plantations canne à sucre, où leur espérance de vie n'excède pas cinq à six ans après leur arrivée. Le système a duré quatre siècles. Sous la 2ème république, SCHOELCHER est nommé sous-secrétaire d'Etat aux colonies. Il abolit l'esclavage en promettant aux colons des compensations financières. Sa dépouille repose au Panthéon. Aux Antilles il est considéré comme un héros. Selon l'Organisation Internationale du Travail, il y aurait 250 millions d'esclaves à travers le monde. »

Actualités

Voir toutes les actualités