La Route des Abolitions de l'Esclavage
et des Droits de l'Homme
 
  Historique de l'abolition à Champagney

 

<< retour

Horaires, tarifs...
Pratique
Plan d'accès à Champagney
Accès
Programme des Manifestations à Champagney
Manifestations  

Animations pédagogiques

Le règne de Louis XVI est marqué par les difficultés économiques et le déficit croissant des finances publiques, la dette aggravée par le coût de la guerre d’Amérique absorbant jusqu’à 60% des revenus de l’Etat. A la crise financière s’ajoute une crise sociale. Depuis le Moyen-Age, la société française est divisée en trois ordres : le clergé, la noblesse et le Tiers Etat. Si les deux premiers jouissent de privilèges, les 98% de français appartenant au Tiers n’acceptent plus l’inégalité devant l’impôt.
Tout au long du 18ème siècle, la monarchie absolue est considérablement ébranlée sous l’influence des écrits de la philosophie des Lumières. Des idées de Voltaire et de Rousseau se dégagent deux revendications : la souveraineté du peuple et l’égalité des Droits.



En 1788 la crise est à son maximum. Le seul moyen de salut est la suppression des privilèges et l’égalité devant l’impôt auxquels s’opposent les Parlements. Louis XVI provoque alors le 8 Août 1788 la convocation des Etats Généraux pour le 5 mai 1789 à Versailles.

Au quatre coins du Royaume de France s’ouvrent alors l’élection des députés et la rédaction des Cahiers de Doléances.

A la veille de la Révolution Champagney est un village de « deux cents feux » autour desquels vivent des gens pauvres : paysans, bûcherons, mineurs,…qui savent ce que travailler dur, peiner, souffrir sur une terre ingrate et au climat rude signifie.
 
Dans la grisaille de leur vie quotidienne les habitants de Champagney ont cependant une fierté : leur église toute neuve ou ils se réunissent et qui est aussi à la sortie un lieu de réunion ou s’échangent idées et décisions à prendre au niveau de la Communauté. L’hiver 1788-89 à été terrible : aux impôts et aux corvées se sont ajoutés la pénurie alimentaire et le froid. Aussi vont-ils tout naturellement répondre à l’appel de leur curé qui leur demande de se réunir pour rédiger leur cahier de doléances.

Eglise de Champagney
Eglise de Champagney

Les rois mages - Eglise de Champagney
Tableau représentant les rois mages dans l'église

Parmi ces gens simples, réunis en ce 19 mars et affairés à réunir leurs doléances, est présent Jacques Antoine Priqueler. Cet  officier des gardes du corps du roi fréquente les milieux avancés de la capitale où se recrutent  les membres de la société abolitionniste des Amis des Noirs.

Cet officier va alors leur parler du sort affreux infligé à d’autres hommes dont le seul tort est d'avoir la peau noire: leur capture en Afrique, l’effroyable traversée de l’Océan, leur vente comme des bestiaux, leur travail d’esclaves aux Antilles.

Sensibles au récit de l’officier du fait de leurs propres souffrances et de la connaissance d’un homme noir en la personne du Roi Mage Balthazar, les humbles de Champagney vont alors rédiger sur la place du village, leur cahier de doléances, toutes liées à la dure réalité de leurs vies et y ajouter un article 29 dans lequel ils demandent l’abolition de l’esclavage.

«  Les habitants et communauté de Champagney ne peuvent penser aux maux que souffrent les nègres dans les colonies, sans avoir le cœur pénétré de la plus vive douleur, en se représentant leurs semblables, unis encore à eux par le double lien de la religion, être traités plus durement que ne le sont des bêtes de somme...."

Extrait de l'article 29 du Cahier de doléances conservé aux archives départementales de la Haute-Saône (Document B4213)

Signatures des humbles de Champagney
Signatures des Humbles de Champagney

 

Maison de la négritude - Musée de Champagney
La maison de la négritude et des droits de l'homme

Ce voeu est doublement exceptionnel :en effet, si seule une vingtaine de cahiers de doléances en France se montrèrent en faveur de l’émancipation des esclaves, toutes le font d’une manière ambivalente entre souci humanitaire et préservation des intérêts économiques. Seul l’article 29 du cahier de Champagney marquera une position claire, nette et pleinement humaniste.
 
- en trois paragraphes, l’on retrouve dans la colère exprimée par les humbles de Champagney à la fois les principes de la condamnation philosophique d’un Montesquieu et la dénonciation économique d’un Turgot dans un style mordant digne d’un Diderot.

Resté l’apanage des intellectuels jusque dans les années 1830, la dénonciation des 78 anonymes de Champagney  fût la première étincelle d’un mouvement populaire dans la société française.

 

Copyright © 2007 Route des Abolitions tous droits réservés
Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.torop.net
Plan du site
Avec le soutien financier de :

La Maison Abbé Grégoire d'Emberménil La Maison Schoelcher de Fessenheim La Maison de la Négritude de Champagney Le Château de Joux Toussaint Louverture - Pontarlier La maison Anne-Marie Javouhey de Chamblanc